Pouvoir divin comme source d’une autorité déléguée

Thématique iconographique

Toute autorité légitime vient de Dieu. L'autorité divine est déléguée à des représentants du pouvoir temporel et spirituel. On trouve alors dans de nombreuses images l'idée de transfert du pouvoir divin, vecteur de l'autorité, vers un tiers. Cette délégation a plusieurs vocations : le don du pouvoir d'intercession avec le divin, l’établissement de l’autorité spirituelle de l’Église (voir motif de l'autorité apostolique), ou la manifestation d’une autorité temporelle qui légitime le gouvernement des hommes.

L'expression de cette autorité déléguée se fait par la représentation de certains rites (comme ceux du sacre ou de l'onction) et par l'adoption de certains modèles iconographiques appliqués à Dieu ou au Christ (délégation de l'autorité à l'empereur). La délégation de l'autorité dans les images est rendue manifeste par la reprise de motifs issus de la représentation de l'autorité politique et religieuse héritées des empereurs romains, par exemple par le remploi d'éléments tels que le trône ou la pourpre, ou bien par la réutilisation d'éléments et de rites directement issus de la tradition biblique, comme l'onction. Toutes les scènes de transmission ne sont pas des scènes de transmission d'autorité. Le couronnement, par exemple, contrairement à l'onction, véhicule plutôt la transmission d'une dignitas ou d'une charge, d'un pouvoir temporel et d'une responsabilité.

L'autorité divine s’étend aussi au politique. Selon une conception héritée de l'Ancien Testament, le roi terrestre est le lieutenant de Dieu. La mission de l'autorité déléguée est d'appliquer la loi du Christ.

Malgré la position évangélique du Christ, qui refuse le statut de roi sur terre, l'iconographie lui confère les codes de représentation de la royauté terrestre. Le Christ vient au monde comme un roi sans en être un, car son royaume « n'est pas de ce monde » (Jn, 18, 36). L’image du Christ-roi sert à son tour de modèle d'expression de l'autorité. Mais cette interpénétration des images du pouvoir temporel et spirituel s'applique plutôt à la fin du Moyen Âge : la délégation du pouvoir au début du Moyen Âge implique Dieu sous la forme de la main plutôt que la figure du Christ, conformément à une conception de l'autorité théocentrée plutôt que christocentrée. Le motif de l'autorité divine, d'origine impériale, évolue au cours du Moyen Âge avec l’émergence d’un christocentrisme à partir du XIVe siècle.

L'expression de l'autorité divine se manifeste également sur un territoire temporel, par exemple lorsqu'elle est déléguée à l'empereur ou à une institution religieuse par l'intermédiaire d'une autorité apostolique (motif de l'autorité déléguée à l'empereur). D'autres images traduisent aussi la délégation de l'autorité à l’Église en tant qu'institution (voir motif de l’Église-épouse).


Collectif OCMI-INHA, Ontologie du christianisme médiéval en images, consulté le 26 November 2020, https://omci.inha.fr/s/ocmi/item/39