Âme et raison

Motif iconographique

Cette image ouvre un dialogue entre l’âme et la raison qui sont représentées dans la lettrine : la raison appelle l’âme à dépasser la réflexion naturelle puis illustre la vanité du monde par différents exemples.

On peut rapporter l'ensemble du De vanitate à cette lettrine puisqu'après le dialogue entre l'âme et la raison, s'ensuit une exhortation à abandonner les choses du monde pour se réfugier dans une nouvelle arche intérieure, puis un nouveau dialogue où la raison enseigne l’histoire du Salut à l'âme. Âme et Raison sont ici assimilés au couple spiritus/mens.

Selon toute vraisemblance, l’Âme-spiritus est le personnage féminin nu situé à gauche de l’image, qui interroge la Raison à droite. Celle-ci est vêtue comme n’importe quelle personnification médiévale. L’opposition de la nudité et de l’habillement est signifiante : le spiritus se tient du côté de la sensibilité, dans un rapport de subordination au mens. La raison, quant à elle régit, explique, ordonne, et incite à la fuite du monde. Le monde lui-même trouve probablement sa figure dans la forme de la lettre : les pieds de la Raison, qui domine le monde, se superposent au tracé de la lettre, tandis que ceux de l'Âme y sont entremêlés (évocation de la capacité animatrice du spiritus, voir Âme comme principe de vie).

En outre, la raison touche de la main le sommet de la tête du personnage central, dont l’identité est difficile à établir. Il peut s’agir d’une allégorie du monde ou d’une figure du Christ, puisque l’on retrouve un couvre-chef similaire sur l’image de l’Époux qui ouvre une autre partie du manuscrit. La Raison en serait le médiateur auprès de l’Âme, à qui elle enseigne ; serait ainsi mise en scène la situation énonciative du texte, où la Raison explique à l’Âme que les activités du monde sont vaines avant de l’exhorter à s’en retirer pour se consacrer à une intériorité pieuse.