Royauté du Verbe

Motif iconographique

La Maiestas domini est un motif servant à exalter la royauté du Christ en tant que Verbe incarné. Le Christ y apparaît trônant et entouré du Tétramorphe. Cette iconographie puise dans la tradition impériale romaine et se développe à partir de la fin de l'Antiquité. Assis sur un globe qui représente sa domination sur le monde, le Christ emprunte sa posture, frontale, régnant au centre d'une composition orthonormée, aux images d'empereurs divinisés trônant.

La supériorité du Christ s'exprime par la hiérarchie des tailles. Mais surtout, l'image s'organise autour du Christ, en trois espaces emboîtés qui associent à un compartimentage géométrisé des éléments de composition naturalisants (aplats et motifs, dégradés de couleurs, végétaux, astres). Le premier espace est celui de la mandorle en 8. Le Tétramorphe et les figures des quatre prophètes sont situés dans un second espace délimité par un losange quadrilobé. Les quatre Évangélistes, quant à eux, sont placés aux quatre coins d'un rectangle, délimité par une bordure quadrangulaire définissant le troisième espace. Chaque espace est délimité par une triple bordure aux couleurs identiques, facteur d’unité visuelle.

La théophanie, située dans le monde céleste, est contemplée par plusieurs ordres de témoins, qui constituent autant de vecteurs de la Révélation du Verbe. Ces témoins sont hiérarchisés en fonction de leur position par rapport au Christ : les quatre Vivants tout d’abord, puis les quatre grands prophètes. Les témoins les plus excentrés sont situés sur terre : ce sont les évangélistes. Par le jeu des formes géométriques et de compartimentages plus subtils (comme les nuées entourant les évangélistes), la composition de l’image, autour du Christ, se fonde sur une forte polarisation entre la terre et le ciel, et entre témoins terrestres et témoins célestes. Cette polarisation s’établit entre le haut et le bas de l’image, mais sa forme dominante se situe entre le centre (le Christ) et la périphérie (les témoins). Le Christ est ici le Verbe incarné, exerçant la puissance divine, et synthétisant en lui l'Ancienne et la Nouvelle Alliance.

Le losange possède une symbolique forte. Ses quatre pôles soulignés par des médaillons circulaires évoquent la Croix. Il possède également une dimension cosmologique. La forme rectangulaire participe elle aussi à la représentation de la diffusion de la parole divine dans les quatre directions, partout dans l'univers, en effet, tous les personnages sont représentés en train d'écrire, tenant un livre ou un rouleau dans les mains. La royauté du Christ est ainsi attestée par la Bible, dont les protagonistes de l’image représentent les livres.