Corps saisi par l’esprit

Motif iconographique

Cette image, avec le dédoublement de Jean de Patmos, montre les caractéristiques du corps saisi par l'esprit qui acquiert, du vivant de la personne, les propriétés d'un corps spiritualisé.

Le dédoublement permet de différencier la partie charnelle et terrestre, en bas de l'image, et la partie spirituelle qui est une projection de la première dans le ciel (elle est encore reliée par le contact du pied et du nimbe). La projection spirituelle permet de passer d'une vision corporelle (on remarque que le corps charnel ne regarder que la partie gauche de l'image, vide) à une vision spirituelle qui l'amène au contact du Christ.

En projetant un corps spirituel au-delà de son corps charnel, Jean est extrait du monde : c'est un ravissement (au sens premier du terme) qui lui permet de dépasser la norme matérielle et la pesanteur de la chair pour accéder à un niveau de connaissance supérieur et à une proximité nouvelle avec le Christ, tout en conservant un lien avec son corps, ce qui lui permettra de communiquer ses visions aux hommes. Le Christ a la main posée sur sa tête, démontrant la qualité spirituelle du ravissement, prolongeant le contact entre l'enveloppe charnel et le monde spirituel, dont la médiation est assurée par cette sorte de corps seconde, aérien et spiritualisé, qui se situe au centre.