Mutabilité de l’âme

Motif iconographique

Cette illustration saisissante des supplices du Purgatoire témoigne d’un caractère de l’âme dont est faite une étonnante synthèse : le caractère malléable, qui témoigne de sa capacité au changement d’état.

La corporalité de l’âme est associée au péché, et pour cause : elle est symptomatique de la perte de la similitude avec Dieu et très visible chez la femme au premier plan : nue, fortement sexualisée (avec le détail de la chevelure dépassant sur son bras), entravée et mordue par des animaux. Les autres personnages de l'image, plongés dans l'eau, dans les flammes ou prisonnier du rocher présentent les mêmes caractéristiques charnelles. C'est aussi encore le cas des âmes qui sont en train d'être emportées par les anges : elles n'ont pas encore complètement quitté le Purgatoire puisque les pieds des deux femmes sont encore plongés dans le feu et l'eau. Le processus de purification et s’achève avec les âmes recueillies et qui ont déjà été enlevées par les anges : elles ne sont plus sexuées, sont de plus petite taille et se conforment bien plus à l’image traditionnelle des âmes avec une évocation notable du sein d'Abraham. L'image spiritualisée de l'enfance s'oppose à la culpabilité charnelle du corps adulte, et notamment du corps féminin largement mis en valeur au premier plan.

On remarque en somme que les différents aspects de l’âme telle que représentée dans cette image sont autant de marqueurs de son état spirituel qui est révélé dans l'expérience de la purification.