Révélation transmise

Thématique iconographique

Une fois la Révélation du Verbe reçue en la personne du Christ, il importe à ses apôtres, témoins de ses enseignements et miracles ainsi que de sa Résurrection, de répandre la Bonne Nouvelle dans le monde. Ce temps de l’Église, de la grâce, est aussi celui d’une révélation féconde, qui se poursuit sous l’action de l’Esprit saint qui agit en son sein : de nouveaux dogmes sont découverts, de nouvelles vérités établies, de nouveaux pasteurs se lèvent pour partir en mission et de nouveaux saints rendent témoignage de leur foi. Grégoire de Naziance (329-390), parmi d’autres docteurs de l’Église primitive, conçoit ainsi le temps s’ouvrant après la venue et le départ du Christ comme une poursuite de la Révélation.

La transmission de la révélation reçue peut ainsi se décomposer en trois scansions historiques et constitutives de l’Église : tout d’abord, l’apostolat qui correspond au degré le plus direct de l’origine de la transmission du Christ aux hommes ; puis l’action ecclésiale de la pastorale que les apôtres mettent en place et dont le pape, les évêques et les abbés se réclament en successeurs directs ; et enfin l’exemplarité des personnes animées par le désir de s’approcher le plus possible de Dieu dans leur vie terrestre, et ce jusqu’à faire de leur corps une image du corps christique : les saints (voir Image comme corps).


Collectif OCMI-INHA, Ontologie du christianisme médiéval en images, consulté le 30 May 2020, https://omci.inha.fr/s/ocmi/item/42