Entrée du divin dans la matière

Motif iconographique

En parallèle de la scène de l'Annonciation, l'image exprime, par la forme de la nuée conjuguée au décor architectural, les étapes de l'entrée du divin dans la matière. Cette nuée se retrouve en effet sous trois formes : celle qui accompagne l'archange, celle qui se trouve autour de la Vierge et enfin celle qui se trouve sous la seconde arcade de l'édifice. La forme mouvante de la nuée évoque le mouvement et l'idée d'un processus tout en soulignant le caractère informe, aérien, spirituel de la substance.

Dans sa première forme, la nuée englobe l'archange tout en suivant une ligne oblique qui plonge vers l'intérieur de l'édifice et la Vierge : l'informe entre dans le monde sensible et charnel. Cette incarnation se fait par l'entremise des gestes conjoints de l'archange et de la Vierge dont les mains se rejoignent au niveau du pupitre qui soutient le livre ouvert : c'est l'accomplissement des prophéties de l'Ancien Testament.

La nuée s’étend aussi autour de la Vierge, sur un fond rouge qui rappelle les motifs de son vêtement. Le corps de Marie est associé à l'édicule qui l'entoure : c'est une représentation de la matérialité où s'incarne le Christ.

La troisième forme est celle d'une croix, dans la dernière arcade, au-dessus du rideau noué autour de la colonne et qui dévoile un espace bicolore. Le drapé fait probablement référence au voile du Temple tissé par la Vierge, puis rompu au moment de la mort du Christ : l'image réunit donc l'Incarnation à la rédemption, en montrant l'entrée du divin dans la chair par l'intermédiaire de la Vierge, et la mort du Christ par l'évocation de la croix. Les deux couleurs qui se partagent en diagonale le fond de cette arcade évoquent sans doute la double nature du Christ.