Libération de la prison de chair

Motif iconographique

Le chapiteau de la délivrance de Pierre prend place dans la galerie sud du cloître de Moissac, à côté du pilier sud-est. L’épisode s’inspire des Actes des Apôtres (Ac 12, 1-12). Sur la face sud, l’arrestation de Pierre par Hérode Agrippa présente le roi en majesté ordonnant l’emprisonnement de Pierre. Sur la face est, la nuit précédant sa comparution, Pierre enfermé dans sa cellule, reçoit la visite d’un ange qui inonde son cachot de lumière. Les pieds de l’apôtre sont enchaînés mais l’aile de l’ange touche déjà son auréole, annonçant sa délivrance. Sur la face nord se tiennent les gardes endormis. La dernière scène sur la face ouest nous montre Pierre et l’ange, qui, après avoir franchi les deux postes de garde et la porte de fer qui donnait sur la ville, se retrouvent dans les rues de Jérusalem. L’apparition de l’ange dans sa cellule, que Pierre avait d’abord prise pour une vision, se révèle aussi réelle que sa liberté retrouvée : le caractère massif de la porte de la prison, qui repose sur un appareillage de pierres bien visible et dont les pentures ressortent particulièrement, sert de preuve au miracle de sa délivrance. L’aile de l’ange qui enveloppe Pierre, passe entre lui et son ancienne prison, l’isole de l’architecture qui l’emprisonnait sur la face opposée et le fait passer dans un autre plan de représentation.