Corps élevé au ciel

Motif iconographique

Selon une exégèse développée depuis Grégoire le Grand (VIe siècle) par, entre autres, Bède le Vénérable (VIIIe siècle) et Haymon d’Auxerre (IXe siècle), les disparitions au ciel d’Énoch et Élie font office de préfigurations de l’Ascension du Christ. L’ascension d’Énoch est souvent figurée comme un véritable enlèvement au ciel, mais ici seule la main de Dieu sortant des nuées et pointée à la verticale sur sa tête indique le contact avec le monde céleste. Les rayons estampés du fond d’or expriment cependant la descente de la lumière divine sur lui. À droite, sous les yeux de son disciple Élisée, Élie quitte la terre dans un char de feu. Un au-delà invisible est suggéré par les nuées d'un bleu très intense et opaque, où la tête d'Élie s'enfonce peu à peu. La tête d’Élie touche déjà les nuées du ciel, mais le manteau qu’il laisse derrière lui à Élisée représente son héritage, la charge prophétique qu’il lui transmet.