Purgatoire

Motif iconographique

La représentation du purgatoire répond toujours aux caractéristiques d’un lieu clos où les âmes pécheresses sont enfermées, qu’il s’agisse d’une cage ou, comme ici, d’une forteresse. Les âmes sont lavées de leurs péchés par un feu purificateur. Au terme du processus, les âmes purifiées sortent par le haut du foyer et sont recueillies par des anges qui les accompagnent vers le paradis.

Au premier plan de l’image sont représentées les âmes des damnés plongées dans le fleuve glacial de l’enfer. Sur un îlot, des pécheurs subissent sans relâche les châtiments corporels infligés par les démons. Au tout premier plan, un damné joint les mains en prière. Les damnés ne pouvant pas prier Dieu en enfer, ils ne désirent que rester dans la mémoire des Vivants, ce qui coïncide avec la position du personnage, tourné vers le spectateur. Ainsi Brunet Latin confie-t-il à son disciple Dante (Enfer, chant 15) la mission de faire connaître son Trésor, mais aussi de porter la mémoire de son auteur.

Sur la droite de l’image, dans un espace confiné par le rocher, et donc bien distinct de l’enfer, monte un second brasier. Il s’agit sans doute d’une représentation des limbes des enfants — phénomène très rare —, lieu d'un bonheur naturel accordé à ceux qui sont morts avant d'avoir pu commettre des péchés personnels, mais qui demeurent néanmoins soumis aux conséquences du péché originel, car ils n’ont pas été baptisés.