Combat spirituel

Motif iconographique

L’initiale B du psaume 112 du Psautier de Saint-Alban abrite dans ses deux boucles, assis sur son trône, le roi David jouant de la harpe et présentant un livre déclinant ses qualités. Par sa place dans le psautier, David joue un rôle programmatique : il se trouve en effet à l’orée du psautier proprement dit, juste après l’épisode du repas du Christ à Emmaüs et de sa disparition à la vue de ses disciples, à la fin de l’Évangile de Luc. Les deux actions qu’il accomplit de concert, la musique de la harpe et la lecture des mots écrits sur le livre qu’il tient ouvert, sont étroitement liées et font partie de son corps lui-même ; on lit en effet sur le livre : « David, le psalmiste béni, choisi par Dieu, a répandu l’annonce de l’Esprit Saint » (Annu[n]tiatione[m] s[an]c[t]i sp[iritu]s e[ruc]tavitbeatu[s] d[avi]d psalmista quem d[eu]s elegit). Le grand oiseau, dont le bec s’enfonce dans l’oreille de David, le nourrit de sa parole. Il peut être interprété comme une représentation de l’Esprit Saint. David est présenté comme le prophète de la venue du Christ et de l’Esprit sur terre, ainsi que comme un instrument de la Loi de Dieu.

Les deux cavaliers saisis en plein affrontement dans le haut de la page font référence au combat spirituel au cœur de chaque homme, balançant entre bien et mal. Ils illustrent la longue glose qui commence sur la page précédente : les combattants sont une image des saints sont les amis du Christ et les champions du ciel (Ideoq[ue] s[an]c[t]e figure in sp[irit]u virili armate, facte s[un]t Xpi [Christi] amice et celestes allete [atlete]).

À l’issue de ce combat qui engage la chair et s’effectue dans la douleur, l’homme droit, inspiré par les commandements de Dieu, trouve la paix et agit selon la justice divine, le cœur affermi : « Son cœur est prêt, confiant dans le Seigneur » (Ps 112, 7). Le lecteur, après avoir parcouru l’histoire du salut depuis la Chute d’Adam et Ève jusqu’à la Résurrection et l’Ascension du Christ, se tient à l’orée des chants des psaumes et est invité à suivre la Loi de Dieu en son âme et conscience.