Alliance

Motif iconographique

L’image saisit le moment où, après avoir lâché la colombe pour la deuxième fois, celle-ci revient vers Noé, un rameau d’olivier dans le bec, signe que les eaux ont commencé à se retirer de la surface de la terre. Noé et sa femme, avec leurs trois fils et leurs épouses, se tiennent dans la partie supérieure de l’arche, tandis que les couples d’animaux sont répartis dans des cases à l’intérieur, selon le principe formel des bestiaires et des encyclopédies du Moyen Âge. Un corbeau se tient seul car, selon le texte, son compagnon est en train de voler au dehors, « allant et revenant, jusqu’à ce que les eaux découvrent la terre ferme » (Gn 8, 7) : il est représenté en train de dévorer un cadavre échoué sur la terre en bas de l’image. Cet oiseau de la Mort s’oppose à l’oiseau de la Vie : la colombe, qui rapporte le rameau d’olivier à Noé, signe du pardon de Dieu après le Déluge. Selon une ligne ascendante, à l’humanité déchue (en bas de l’enluminure) s’oppose Noé et sa famille, choisis par Dieu pour faire alliance avec lui, nouvelle humanité d’une Création expurgée. À partir du niveau où se trouvent Noé et ses enfants, les branches de l’arbre représenté sur la droite se remettent à croître — promesse de la vie que Dieu offre de nouveau aux hommes sur la terre.