Accomplissement du sacrifice eucharistique

Motif iconographique

Le chapiteau présente deux personnages accomplissant une action commune. Celui de gauche verse du grain depuis le sac qu’il porte sur ses épaules dans un entonnoir, métonymie d’un moulin. Le personnage de droite recueille le grain moulu dans un sac. Cette scène a été identifiée comme étant celle du « moulin mystique » : l’ancienne Loi, reçue par Moïse au Sinaï, a été transformée par le Christ en une nouvelle Loi, un nouveau grain. Le personnage de droite, vêtu d’une toge à l’antique qui dévoile sa nudité, reçoit et accueille cette nouvelle nourriture, qui est à son image : le grain séparé de son enveloppe, produit purifié et essentiel. Parmi les lectures de ce relief, l’une interprète le personnage de gauche comme étant Moïse et celui de droite comme étant saint Paul. Le moteur de cette opération de transformation est bien le Christ, comme le révèlent les rayons de la roue du moulin en forme de croix. Le produit en est le sac de farine tenu par Paul, résultat du sacrifice du Christ et promesse de vie nouvelle pour les fidèles qui se nourrissent de la parole de l’évangile et de l’eucharistie.

À la fin du Moyen Âge, dans l’espace rhénan, le motif allégorique du moulin mystique, développé au xiie siècle notamment par Suger à Saint-Denis, cèdera la place aux représentations du « pressoir mystique ».