Rois de l’Ancien Testament

Motif iconographique

Les figures des rois de l'Ancien Testament sont des modèles pour les souverains médiévaux qui souhaitent affirmer leur pouvoir dans la chrétienté. À partir de l'époque carolingienne, l'ordre politique se définit d'abord par rapport au modèle biblique.

Une identification très forte à David s'opère dès les débuts de la dynastie carolingienne. Il est l'incarnation du roi guide de son peuple et exerce également une fonction de prédication. Charlemagne est appelé « nouveau David » par Alcuin dans de nombreuses lettres. Les souverains s'emparent alors de la figure de David pour s'approprier les vertus qui lui sont attribuées. Ce choix s'explique dans un contexte politique marqué par une volonté de légitimation, Charles est le roi choisi par Dieu, incarnant la royauté d'essence divine. Il constitue un modèle de roi chrétien.

David est figuré sur une plaque émaillée de la couronne de l'Empire. L'invocation des rois de l'Ancien Testament sur un tel objet, vraisemblablement réalisé à l'occasion du sacre d'un empereur ottonien, montre une volonté de renouvellement de l'alliance entre Dieu et les hommes à travers la personne de l'empereur. Elle affirme son pouvoir spirituel en plus de son pouvoir temporel. L'iconographie de la couronne du sacre est un manifeste du renouveau du pouvoir impérial.

Les empereurs s'identifient aussi à Salomon, figure du roi bâtisseur du Temple, garant de l'Alliance entre Dieu et les hommes, tout comme son père David. Il est représenté sur la couronne de l'Empire, en costume de sacre ou de cérémonie. Le roi Ezéchias est également représenté sur cet objet, en tant que modèle de roi pieu, défenseur de la chrétienté.