Christ régnant sur l’univers

Motif iconographique

Sur ce feuillet le Christ apparaît en position souveraine. Il porte un nimbe crucifère, effectue un geste de bénédiction de la main droite et tient une sphère dans la main gauche, attribut symbolisant son emprise sur l'univers. Il est représenté à mi-corps de sorte que le monde semble être une extension du Christ lui-même. Son vêtement vient au contact de la matière du monde, qu'il supporte et domine en même temps, transgressant la délimitation de la mappemonde et instaurant une porosité entre celle-ci et le corps du Christ. En-dessous de lui se trouve un cercle contenant les visages d'Adam et Eve séparés par un arbre portant une petite pomme, qui confère une dimension temporelle à cette image en évoquant les débuts de l'humanité. Les quatre fleuves du Paradis et le Gange coulent d’une fontaine placée sous le paradis, et viennent irriguer la Création.

La carte est centrée sur Jérusalem et la mer Rouge apparaît dans sa couleur éponyme. Ces éléments se retrouvent sur d'autres images contemporaines, signe qu'il s'agit d'abord de la représentation d'un monde chrétien. Mais ce n'est pas seulement le monde biblique qui est ici dépeint. Le Christ-roi affirme son pouvoir purificateur et salvateur sur la création dans son ensemble. C'est le monde entier qui est représenté, comme en témoigne la présence d'êtres monstrueux, hérités des auteurs antiques, en périphérie. La carte est aussi entourée par douze vents qui indiquent la polarisation du monde. Le contexte de cette image est également à prendre en compte. Elle se trouvait autrefois dans un psautier, et se situait juste avant le calendrier des mois. Le créateur règne aussi bien sur l’espace que sur le temps de la Création.

Les deux dragons écrasés situés en bas de l'image évoqueraient quant à eux le psaume 90, 13 et la victoire sur le mal. Par son règne, le Christ apporte au monde le Salut. Sur une image similaire, la carte d'Hereford, le monde est surmonté d'un Christ juge, autre manière de représenter son règne.