Christ vainqueur de la mort

Motif iconographique

Selon la tradition chrétienne, le Christ est descendu trois jours durant en Enfer, entre sa Crucifixion et sa Résurrection. Cet épisode est relaté en détail par l’évangile apocryphe de Nicodème qui sert de source à la représentation de l’épisode dès le XIIIe siècle, où l’on rencontre déjà ce modèle du Christ suivi par des âmes sorties de la gueule de l’Enfer. Tout en affirmant la mort du Christ sur la croix, cet épisode permet de représenter sa victoire sur la mort.

Le sacrifice du Christ est en effet ce qui permet aux âmes des patriarches et de tous les justes descendus en enfer à cause du péché originel d’être enlevés à leur état de mort spirituelle, propre aux damnés et aux non-baptisés. La présence d’Adam et Ève renforce illustre le rachat par le Christ de la faute qu’ils ont commise : le Christ recréé le lien brisé par le péché entre l’humanité et Dieu.

Sa sortie triomphante de l’Enfer marque également sa victoire sur le Diable qui est celui qui, selon l’exégèse, a introduit la mort dans le monde. Il oblige la gueule du Léviathan à laisser sortir les âmes des patriarches et affirme la domination divine sur l’Enfer.