Satan comme figure agissant dans l’histoire

Motif iconographique

Sur ce feuillet, des extraits du premier psaume accompagnent l’image. Il s’agit d’un texte servant d’introduction au psautier, mettant en opposition la bonne voie, conduisant à Dieu, et la mauvaise voie, suivie par les pécheurs. Le registre supérieur de la page montre une opposition entre l’homme vivant en Dieu, figuré par un personnage méditant sur la Loi (Ps 1,2), et l’homme impie, figuré par un mauvais roi assisté d’un diable. Les deux figures au centre du premier registre sont tiraillées entre la vertu et le vice. Cette polarisation se manifeste par ordonnancement rigoureux de la composition entre la gauche et la droite, selon une division horizontale. L’enfer est placé juste en dessous du mauvais roi, tandis qu’un arbre de vie et une source se situent sous le côté du bien.

Le mal est figuré dans l’image par des démons. L’un d’entre eux est placé derrière le mauvais roi, et le manipule à l’aide de ses instruments pour influencer ses décisions, tandis que dans le registre inférieur, deux autres, armés de fourches, attirent les pécheurs vers l’enfer, pendant qu’un autre torture les damnés. Le vent souffle pour ramener les impies vers l’enfer. L’image du diable se fixe au Moyen Âge, adoptant des caractéristiques animales telles que le pelage, les cornes, les crocs. Ils sont ici représentés grimaçants et gesticulant pour montrer leur irrationalité. Au cours Moyen Âge le personnage de Satan acquiert une consistance « historique ». Les diables figurés sur cette image accompagnant le premier psaume sont ici littéralement les adversaires du christianisme, conformément à l’étymologie du terme hébreu « ha-satan » qui signifie « adversaire ».