Mal comme transgression

Motif iconographique

Plusieurs images tournant autour de la thématique du péché originel sont confrontées sur cette page. Le mariage entre Adam et Ève est assimilé au mariage de l’Église et du Christ. Puis en haut à droite se trouve une image du péché originel. Le serpent à tête de femme renvoie à la nature peccamineuse du genre humain, et surtout de la femme. La figure du serpent à visage de femme est en effet courante dans l’art médiéval, même si le sexe du serpent n’est pas spécifié dans la Bible. La scène du péché originel est associée à une image d’homosexualité. Dans le médaillon situé au-dessous, des diables encouragent deux couples à commettre le péché. Un homme tonsuré enlace un autre homme. L’image de droite présente une transgression par la pénétration : la sodomie. Il s’agit d’une sexualité vaine qui ne scelle aucune alliance véritable, d’un dévoiement de la finalité du mariage : la fécondité. Au lien marital entre le Christ et l’Église s’opposent donc des relations « contre-nature ». Tandis que le Christ entre dans l’Église par le cœur, le péché passe par la main du clerc, qui soulève son vêtement.

Le médaillon qui montre deux couples homosexuels est un commentaire du Péché originel. L’homosexualité féminine fait écho à la séduction d’Ève par le serpent. Les cheveux longs et détachés d’Ève, du serpent, et du couple de femmes, sont un attribut de la luxure. La concupiscence est encouragée par des démons, tout comme l’acte d’Ève est encouragé par le serpent. Adam et Ève ont ainsi ouvert la voie à la transgression récurrente du commandement de Dieu.

Les quatre médaillons de la partie inférieure du feuillet développent le thème de la punition divine. Dieu punit tous les pécheurs comme il a puni Adam et Ève.