Damnation

Motif iconographique

Le Psautier de Winchester développe le cycle du Jugement sur neuf folios. Ce folio en est le dernier, et se situe après celui montrant les damnés torturés par des diables. La gueule du Léviathan est représentée en entier sur cette image avec une multitude de détails : écailles, dents, crocs, oreilles en forme d’animaux. D’autres animaux monstrueux émergent de sa tête.

Le Léviathan est le monstre qui engloutit les damnés. Sa gueule n’est pas seulement la porte de l’enfer, mais la clôture que l’ange ferme à clé, signifiant ainsi que l’enfer est sous le contrôle de Dieu. Cette image insiste sur la monstruosité de l’enfer, mais aussi sur son caractère contenu. L’ange ferme la porte, qui restera fermée après le jugement. La bordure de l’enluminure apparaît également comme un enclos pour le Léviathan lui-même.

L’Enfer, royaume de la mort, est le lieu de destination des damnés. Il possède une dimension souterraine, rendue ici par la couleur sombre des corps et la noirceur du fond, qui traduisent son obscurité. À l’intérieur, les âmes des damnés sont torturées par des diables. Les corps sont renversés et tordus, certains sont enchaînés, tandis que les diables sont munis d’instruments de torture, tels que la bêche, la hache ou le tisonnier.

La mort ne fait pas éclater les catégories sociales. La tripartition fonctionnelle reste visible ici : trois damnés portent des couronnes, deux hommes et une femme, l’un porte un casque, peut-être un chevalier, et trois autres sont tonsurés. Si l’on trouve fréquemment dans l’imagerie médiévale la représentation des péchés capitaux en enfer, il n’y a pas ici de péché particulier, mais une multitude de damnés venant des trois ordres de la société.